Abuser du bon
Abuser du bon

Manifeste du manger heureux

Le bonheur, il se mange avec quoi? En tout cas il est toujours coloré, savoureux, et ne s’accompagne jamais d’un side de culpabilité. Au mieux, d’un side de frites.

personnage_poire_ROND

Manifeste écrit par l’équipe éditoriale d’À volonté

Manger n’est pas…

Une plaie. Une obligation renouvelée quotidiennement qui se calcule en calories. Un instrument pour répondre à un standard impossible qu’on s’imagine être la norme. Une science qui prouve tout et son contraire. Un mode de vie restrictif qui appartient aux gourous du mieux-être. Une façon de remplir les poches d’une industrie qui semble n’en avoir pas grand chose à faire de la santé de la population mondiale.

Manger est…

Un bonheur. Un privilège extraordinaire. Une opportunité renouvelée pour s’arrêter et refaire le plein. Un bonheur intuitif. Un plaisir qui guérit. Une relation entre ceux qui travaillent la terre et ceux qui préparent les plats. Une réaction vitale. Une preuve que vous vivez, que vous dépensez de l’énergie. Une décision sociale. Un acte politique.

L’action de lever sa fourchette est façonné par le corps dans lequel on vit, par nos habitudes, nos pensées, les idées qui nous habitent. Elle est connectée à nos besoins physiologiques, émotionnels et physiques. Manger est un baromètre incroyable sur ce qui se brasse à l’intérieur et à l’extérieur.

Manger est complexe et atrocement simple, finalement. Alors à la question « Qu’est-ce que je devrais manger pour être en santé? », il y a autant de réponses que de mangeurs. L’intérêt c’est de creuser les idées qui entourent la bouffe et de trouver ce qui, pour soi, fait le plus de sens. En supposant que nous avons tous un désir commun de péter la forme.

 

Philosophie du bon manger d’À volonté

    • Manger ne devrait créer ni stress, ni sentiment de culpabilité, ni privation.
    • Le style alimentaire n’est pas une religion, même si elle s’enracine d’idées politiques et sociales fortes. Pas de dogme. Pas de prescription.
    • L’exploration est la clé pour trouver à chaque moment de sa vie ce qui fonctionne et ce dont notre corps a besoin.
    • Les habitudes qui ont été prises se désapprennent et se désamorcent toutes par un changement paradigme (ce que l’on croit comme étant vrai), de perception (ce que l’on expérimente comme étant vrai) et d’attitude.

 

Pourquoi se donner ce trouble?

On est ce qu’on mange. Totalement cliché, mais je me surprends à méditer souvent là-dessus. La nourriture ne disparaît pas miraculeusement de son assiette, comme les poubelles ne sont pas enfouies dans un vortex une fois qu’elles sont sorties de la maison. Elle est transformée par un corps qui fait son gros possible pour en retirer le meilleur et vous offrir la capacité de respirer, de réfléchir et de vivre. Il ne s’agit pas de virer fou, mais d’y penser assez régulièrement pour faire les bons choix aussi souvent que possible.

 

Mon plan de match:

      • Vous aider à en faire plus avec moins: stretcher votre panier d’épicerie, en bon français
      • Proposer des recettes inspirantes qui deviendront des points de départ pour vos propres créations
      • Vous partager ma passion pour l’énergie des aliments et leurs vertus
      • Vous insuffler ma passion pour les salades pas plates

 

Manger, fuck yeah

Je revendique le droit de manger ce que je veux. Tant que c’est bon pour moi.

Et puisque je suis fan de poutine et de salade, je trouve des hack santé pour plaire aussi au côté givré.
Parce que le best, c’est quand c’est bon pour mon moral ET pour mon body.