Abuser du bon
Abuser du bon

Ma santé, version 2.0

Créative, maman et ex-junkie du sucre, Catherine nous parle de son parcours de santé qu’elle continue de tracer à son image, jour après jour.

Cath-Rond

Cette démarche de santé version j’fais c’que j’veux mais j’fais bien ça vous est partagée par la sublime Catherine

 

Dans mon petit corps filiforme, j’ai toujours pensé que j’étais en santé.

 

Oui, même quand je déjeunais d’un combo café/muffin bourré de sucre, que je dînais de pain + brique de fromage + bagel + charcuteries + salade aspergée de vinaigrette pré-fabriquée, ou alors lorsque je terminais ma soirée avec un pot (oui, un POT et non quelques cuillerées) de Häagen-Dazs avant le dodo.

 

POURQUOI?

 

Parce que je respectais les 4 bons vieux groupes alimentaires du Guide alimentaire canadien avec quelques extras funky! Jétais ​slim ​sans faire d’activités physiques et je n’avais mal nulle part physiquement. Dans ma tête, il n’y avait aucune autre option possible;; j’étais une bibitte à sucre.

 

Catherine aime le sucre. Un point c’est tout. Deal with it, peeps. 

 

cupcakes
Oui, j’avais des mégas ​shut down fréquemment dans la journée, mais pfff! Un ​redbull ​et/ou café et/ou une sucrerie réglait vite le dossier! Jusqu’au jour où, j’ai commencé à ressentir une douleur. Un étrange mal au niveau de l’estomac qui s’est sournoisement installé … pendant DES ANNÉES! Je pensais qu’il s’agissait de brûlures d’estomac qui allaient un jour s’arrêter par…  miracle, je suppose. Au cours de mes années de recherche, on m’a proposé quelques pistes qui se sont toutes avérées des culs-de-sac, dont l’ultime: détacher ma brassière! I mean: WHAT?!? 

 

Quatre ans plus tard, j’ai finalement trouvé mon approche rêvée

 

C’est une jeune femme chiropraticienne ​master​ de la kinésiologie appliquée qui a fini par changer ma vie.

Elle m’a appris à…

  • respirer et à prendre le temps
  • manger de la vraie nourriture, non-transformée, non-raffinée
  • intégrer davantage de protéines dans mon alimentation (d’origines végétales et animales)
  • manger de vraies portions de légumes (pas juste de la laitue dans un sandwich!)
  • intégrer les bons gras dans mon alimentation.

 

Catherine_verre

Catherine_bouffe 2

Catherine_bouffe

 

Hello ​new life!​

 

ÉVIDEMMENT, je mange de la succulente (yummy! yummy!) pizza une fois de temps en temps, je me prends une pointe de gâteau d’anniversaire et j’enjoy sans aucun remord mes soirées arrosées et remplies de fou rires. Oui, les croissants sont les bienvenus lors de brunch spéciaux avec les confitures et tout le tralala. Changements: oui. Restriction militaire: non. Selon moi, comme dans toutes les sphères de notre vie, succès/santé = équilibre. Trouvons ce qui nous convient personnellement. NOTRE juste milieu.  Et … pas besoin d’attendre de sentir un inconfort pour adopter de saines habitudes. Je ne suis pas une experte de la santé, mais j’ai bien hâte de vous partager mes apprentissages, mes recettes pour toute la famille, mes découvertes, mes trucs, ma passion du bien-être. 

 

Petit mot de la coach:
On associe trop souvent un corps filiforme à un corps en santé. ET POURTANT! Les gens qui ont une morphologie de type ectomorphe ne sont pas du tout à l’abris de troubles tels que le diabète, les maladies cardiovasculaires ou le cholestérol. La combinaison de la morphologie et du métabolisme étant propre à chacun, les uns auront tendance à accumuler des réserves à certains endroits, tandis que les autres arriveront plus facilement à maintenir leur poids. N’en reste pas moins que les facteurs intrinsèques liés aux habitudes de vie (une saine alimentation, l’intégration d’activité physique, la saine gestion du stress, par exemple) font leur travail, qu’on soit de taille 0 ou 12…En conclusion: il faut prendre soin de soi, peu importe le chiffre sur la balance.