À Volonté

AvecAnne-Marie
Archambault

février 2016

Un verre avec toi

C’était la semaine dernière. Je feelais pas trop alors j’ai décidé de me sortir boire un verre. Me suis assise en face de moi, j’ai pris une grande respiration, je me suis regardée dans les yeux puis je me suis dit : “Dis moi dont la grande, est-ce que t’es heureuse toi en ce moment ? Genre heu-reu-se. Pas contente, pas joyeuse, pas relax, pas “ok”, est-ce que t’es HEUREUSE en CAPS LOCK?

Collabo-Chloe-Rond

Un texte de Chloé Verrier, qui t’aime en CAPS LOCK même si ce n’est pas tous les jours facile.

 

J’ai mis beaucoup trop de temps à me répondre pour que la réponse soit oui.
J’étais cool, j’étais relax, j’étais bien… Mais coudonc, j’étais pas heureuse en caps lock.
Moment de silence gênant entre moi et moi-même.

Bon, bin, on fait quoi alors ?”, que je me suis demandé.

Y’a 4 trucs sur lesquels je trippe vraiment dans la vie. Communiquer: j’en ai fait mon métier. Les autres: j’en ai fait mes amis et ma famille. Écrire: mes nouvelles avancent bien, peut-être même un jour je te les montrerai. Puis y’a le yoga. Criss que je trippe sur le yoga.

6c3a9d9907c216aa6dc16d4addfc2404Crédit photo: Pinterest

Alors voilà le constat.
La suite?

Vendredi soir, je ferai ma rentrée des classes et commencerai une formation qui sans aucun doute changera ma vie, si je suis assidue et authentique.
Et je serai diplômée en hatha et vinyasa yoga en juillet 2016. Ouais, un diplôme de prof. De prof de yoga.

Assez fou comme la vie – quand tu es dû, quand c’est VRAIMENT ça – te libère une place à une semaine du début de la formation, alors que tout était bouclé depuis des mois. Que ton banquier te dit OUI. Que tes projets se décalent pour t’offrir un weekend par mois, juste à toi. Tout se place. Et soudain, tout respire. Et tout est parfait. Et tout sourit.

Je feel comme quand je viens de boire un verre d’eau fraîche après avoir couru vraiment trop longtemps, genre.

Puis la métaphore est pas mal vraie: j’pense j’ai couru un peu trop longtemps sous le soleil sans m’arrêter pour boire une gorgée. C’t’important pourtant, arrêter.

J’ai déjà hâte de me laisser pousser les poils des bras, manger que des graines germées, te parler de paix intérieur quand tu viens de te faire quitter par ton mec et inonder le mur Facebook de mes amis avec des quotes full spirit sur fond de soleil couchant et de dauphins.
J’ai hâte aussi de donner des cours de yoga sur du hip-hop. Première mondiale.
Bref, la moralité c’est : fais des trucs qui te font tripper et te rendent heureux en CAPS LOCK.
Y parait que la vie passe vite et qu’on en a qu’une (de vie). Ce serait poche que tu la passes à faire des affaires qui te tentent pas ou à te trouver des raisons à la con pour pas réaliser tes rêves.

Invite toi donc à boire un verre bientôt, me semble que ça fait longtemps que tu t’es pas vu.
T’es dû.

 

Petit mot d’Anne-Marie:

Pour être réellement en santé, il faut être heureux. Je défends cette idée. Pas à 100%, pas tout le temps, pas à tous les matins… mais il faut trouver dans sa vie un bonheur constant. Et souvent, cette phase du processus est encore plus complexe que la première. Les constats sont difficiles, les changements à opérer ne sont pas toujours smooth, les priorités se mélangent… On demande l’opinion de tout le monde, croyant qu’ils savent ce qui est le mieux pour soi. Pour être heureuse, je fais quoi? Tu vas prendre des verres avec toi…

À Volonté